Publié le 20 mai 2018 à 16h00 par Serge Fabi
dans Actualité — 6 commentaires

Après une longue période de difficultés, la compagnie nationale camerounaise Camair-Co semble bien rebondir, affichant un chiffre d’affaires qui est passé de 2 à 6 milliards FCFA (environ 9 millions d’euros) entre le 1er trimestre 2017 et la même période cette année.

Ce bon décollage intervient alors que Camair-Co a procédé, mercredi dernier, à la réception d’un avion Bombardier Q400. D’une capacité de 70 places modulables à 78, l’appareil a été récemment acquis en leasing auprès de la compagnie émiratie Abu Dhabi Aviation, ce qui porte la flotte de la compagnie camerounaise à six appareils -dont eux turbopropulseurs chinois Xian MA60, un Boeing 767-300 ER avec une configuration de 30 places business et 180 places en classe économique et deux Boeing 737-700 avec une configuration de 12 places business et 116 places en classe économique.

Читайте также:  Aircalin et Air Calédonie contre le trafic d’animaux sauvages

Dans son dernier rapport d’exploitation, la compagnie aérienne nationale indiquait que ses performances avaient été, en 2017, «supérieures aux taux moyens acceptables dans l’industrie» avec un total de 235.686 passagers transportés l’année dernière. Dans le même temps, le nombre de ses mouvements hebdomadaires est passé de 70 vols à quelque 150 vols.

L’évolution des indicateurs clés de la compagnie publique, entre 2016 et 2017, présentait pour sa part une hausse du trafic passager (+94%), du cumul des heures de vol (+27%), du chiffre d’affaires (+61%), de la productivité (+174%), combinés à un déficit d’exploitation provisoire à -80% au 31 décembre 2017. 

Читайте также:  L’A380 d’Emirates Airlines aura une classe Premium en 2020

Camair-Co, qui a pris son envol le 28 mars 2011, applique actuellement un plan de redressement proposé par le cabinet américain Boeing Consulting, après avoir reçu une subvention gouvernementale de 30 milliards FCFA représentant la première tranche du financement dudit plan. En 2016, croulant sous une dette évaluée à 35 milliards FCFA, la compagnie camerounaise avait entrepris de revoir ses charges, avec en bonne place la réduction des salaires et avantages d’une grande partie du personnel.