Publié le 2 juin 2018 à 00h03 par Stéphanie Meyniel
dans Histoire — 0 commentaire

Histoire de l’aviation – 2 juin 1912. En ce dimanche 2 juin 1912, pas moins de 23 aviateurs vont essayer de prendre leur envol au Parc des Princes, ces derniers voulant effectuer une tentative pour s’emparer du Prix Peugeot, compétition pour laquelle il y avait initialement 198 inscrits. Malheureusement, ils feront tous chou blanc, pas un seul n’arrivant à réaliser un vol d’au minimum 10 mètres en pilotant un appareil de type aviette, condition sine qua non pour empocher les 10 000 francs mis en jeu.
Aucun gagnant donc pour ce prix, dont Robert Peugeot est à l’origine, ayant lancé au mois de février 1912 cette épreuve d’aviation qui demande une excellente condition physique : en effet, pour mouvoir l’appareil, pas de moteur ici, les aviateurs devant pédaler et s’appuyer sur leur force qui visiblement leur a fait à tous défaut…
Ce prix serait-il impossible à remporter ? Pour l’époque, assurément. Chose que Robert Peugeot a bien comprise, il va ainsi revoir ses ambitions et instaurer un nouveau prix plus accessible : 1 000 francs sont alors à gagner et pour ce faire, il faut cette fois voler sur 1 seul mètre au minimum à 10 centimètres de hauteur, tâche dont va s’acquitter en juillet 1912 Gabriel Poulain, auteur d’un vol de plus de trois mètres.