Publié le 28 mai 2018 à 11h00 par Thierry Blancmont
dans Actualité, Info pratique — 4 commentaires

Après avoir menacé d’organiser une grève, les pilotes de la compagnie aérienne low cost WestJet ont accepté le principe d’une médiation, et de se plier à son arbitrage dans le conflit qui les oppose à la direction sur les conditions de travail.

Quinze jours après que ses membres ont voté en faveur d’une grève, le syndicat de pilotes ALPA et la compagnie canadienne ont annoncé le 25 mai 2018 s’être entendus sur un « processus de règlement en faisant appel au Service fédéral de médiation et de conciliation ». Les deux parties ont ainsi accepté la médiation et, « si cela est nécessaire, l’arbitrage définitif et exécutoire », précise le communiqué de WestJet. Les négociations concernant la convention collective vont reprendre. Les deux parties souhaitent remercier la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail « pour son assistance et son leadership jusqu’à ce processus de médiation », et affirment que les invités de WestJet peuvent dès maintenant « réserver un vol et voyager en toute confiance ».

Читайте также:  EasyJet à Montpellier : une route vers Berlin pour les 10 ans

Le président d’ALPA Rob McFayden avait expliqué dans un communiqué, après le vote en faveur de la grève, qu’il est « clair que les pilotes de WestJet sont prêts à résister pour obtenir le contrat équitable qu’ils méritent – et qui les mettra sur un pied d’égalité avec leurs pairs dans le reste de l’industrie ». Il ajoute que le but du  syndicat formé en mai 2017 a toujours été d’arriver à un contrat « apportant de la stabilité à la compagnie », et que le vote devrait inciter la direction à apporter des « propositions sérieuses » à la table des négociations. L’un des derniers points de crispation concerne les pilotes de la nouvelle filiale ultra-low cost, Swoop, dont les premiers vols devraient débuter en juin, et son périmètre d’activité.

Читайте также:  Swiss lance le tarif Light sur l’Atlantique nord

Le PDG de WestJet a compagnie Ed Simas assurait de son côté que a compagnie « reste à la table des négociations afin de trouver une entente durable, dans le meilleur intérêt de nos pilotes, de nos 13.000 WestJetters et de nos 70.000 invités qui voyagent avec nous chaque jour ».