Publié le 22 mai 2018 à 08h00 par François Duclos
dans Actualité, Low cost — 3 commentaires

La compagnie aérienne low cost Ryanair a vu son bénéfice net annuel progresser de 10% à 1,45 milliard d’euros, mais se montre prudente voire pessimiste pour l’année en cours. Elle a lancé jusqu’à mardi minuit une vaste vente de sièges « La Folie de Mai » avec jusqu’à 20% de réduction sur plus de 500.000 sièges.

Les résultats de la spécialiste irlandaise du vol pas cher pour l’année close au 31 mars 2018 montrent un chiffre d’affaires en hausse de 8% à 7,151 milliards d’euros, un bénéfice après impôt gagnant donc 10% et une marge nette stable à 20%, le tout sur un trafic passager ayant progressé de 9% à 130,3 millions de passagers et un coefficient d’occupation à 95% « leader dans l’industrie ».  Le CEO de Ryanair Michael O’Leary a résumé ces résultats financiers, se disant « heureux d’annoncer une augmentation de 10% des bénéfices, avec une marge nette inchangée de 20%, malgré une baisse de 3% des tarifs aériens pendant une année de surcapacité en Europe entraînant un environnement tarifaire plus faible, des prix du carburant en hausse et le rétablissement de notre échec de gestion des plannings de pilotes de septembre 2017 ».

Revenus : les tarifs moyens de l’année dernière ont baissé de 3%, ce qui était « une bonne nouvelle pour nos clients mais une mauvaise nouvelle pour les concurrents », précise Ryanair dans son communiqué. Le trafic a augmenté de 9% à plus de 130m avec l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne étant les trois plus grands marchés de croissance. La low cost prévoit que la croissance de la capacité de l’UE au-dessus de la moyenne se poursuivra au cours de l’exercice 2018/19, ce qui aura un effet à la baisse sur les tarifs. Cela peut être en partie amélioré par le remplacement d’une partie de la capacité d’affrètement par des marchés auparavant soumis à des problèmes de sécurité tels que la Turquie et l’Égypte. Ryanair prévoit plus tard dans l’année une certaine pression à la hausse sur les prix, car les prix du pétrole ont des répercussions sur les marges, en particulier les compagnies aériennes de l’UE qui continuent de se développer malgré l’absence de perspectives de rentabilité. Ryanair « continuera à poursuivre sa stratégie passive active / yield passive. Aucune autre compagnie aérienne de l’UE ne peut rivaliser avec les prix de Ryanair ».

Coûts : Ryanair « jouit d’un avantage significatif sur le plan des coûts par rapport à toutes les autres compagnies aériennes de l’UE, et nous prévoyons que ce leadership se poursuivra ». Au cours de l’exercice qui vient de s’achever, les coûts unitaires – aidés par la couverture de carburant – ont diminué de 1%. Même si le trafic a augmenté de 9%, les coûts unitaires ex-carburant ont augmenté de 3% principalement en raison des coûts exceptionnels de l’EU261 suite à nos annulations de septembre 2017, et de l’augmentation des coûts du personnel au deuxième semestre en raison « d’augmentations substantielles et d’accords sur cinq ans » signés avec les pilotes et  les PNC. Ryanair prévoit que le marché des pilotes expérimentés en Europe restera « tendu » pendant les 12 prochains mois, ce qui continuera à exercer une pression à la hausse sur les coûts de personnel pour toutes les compagnies aériennes de l’UE.

Читайте также  Iran Air espère 11 Airbus et ATR, vise Sydney

La compagnie aérienne rappelle que durant l’année financière écoulée, sa flotte a accueilli cinquante Boeing 737-800, tout en augmentant sa commande de 737 MAX 200 Gamechanger à 135 appareils plus 70 options. Quatre bases ont été inaugurées dans les aéroports de Burgas, Memmingen, Naples et Poznan, et plus de 260 nouvelles liaisons ont été inaugurées. Pour cet été, 200 nouveautés ont été annoncées y compris en Jordanie, Turquie et Ukraine, une croissance forte se poursuivant en Allemagne, en Italie et au Royaume Uni ; la nouvelle filiale charter polonaise, Ryanair Sun, a débuté ses opérations en avril.

Au cours de l’exercice 2018/19, Ryanair « investira considérablement » dans ses effectifs, ses systèmes et son activité, qui montera en puissance pour accueillir les 210 737 MAX au cours des six prochaines années. Cela conduira à une légère augmentation des coûts hors-fuel l’année prochaine, mais « soutiendra notre croissance à près de 600 avions et 200 millions de passagers par an à l’horizon 2024 ». Une augmentation des coûts de personnel de près de 200 millions d’euros est prévue pour l’année en cours, dont « la moitié représente un salaire plus élevé pour nos employés de première ligne et la moitié des effectifs supplémentaires pour la croissance ». Le carburant sera « un facteur de coût majeur pour les 24 prochains mois », même si la compagnie est « actuellement couverte à 90% pour FY19 à environ 58 dollars par baril, ce qui est bien en dessous des prix actuels de près de 80 $pbl ». Ryanair pense que les prix continueront d’être élevés pour l’année à venir ; les tarifs aériens ont tendance à suivre les prix du pétrole (qui ont baissé au cours des trois dernières années), mais avec un retard pouvant aller jusqu’à 12 mois avant que la hausse du prix du baril ne se traduise par des tarifs aériens plus élevés. Par conséquent, elle prévoit que les coûts unitaires au cours de la prochaine année augmenteront de 9% (et de 6% hors carburant) ; par la suite, ces coûts unitaires devraient être stables ou en léger déclin, en raison de « l’impact de la réduction du coût au siège avec les 737-MAX, un nouveau contrat d’entretien des moteurs à 10 ans, ainsi que les opportunités de croissance des aéroports et le retrait des avions plus anciens ».

Читайте также  Nice

Ryanair rappelle aussi avoir entamé des négociations prometteuses avec des syndicats pilotes, et notamment signé des accords de reconnaissance avec BALPA (UK) et ANPAC (Italie), mais « réalise également des progrès considérables dans nos négociations avec les équipages de cabine, notamment au Royaume-Uni et en Espagne ». La low cost a subi une grève pilote d’une journée en Allemagne (décembre 2017) et trois jours de grève de personnel de cabine au Portugal (mars / avril), mais dans tous les cas, « la majorité de nos employés ont continué à travailler normalement », minimisant l’impact de ces grèves sur les opérations. Une combinaison de « salaires plus élevés, de plannings améliorés et d’une sécurité d’emploi inégalée » continuera à faire de Ryanair « un employeur de choix dans le secteur aérien de l’UE ». La low cost accueille « des centaines de nouveaux pilotes et membres d’équipage cette année », y compris de nombreux membres de compagnies aériennes en faillite comme Monarch et Air Berlin, entre autres ; elle continuera à traiter « ouvertement et équitablement » avec ses employés et leurs syndicats, mais « ne fera pas de concessions sur la rémunération ou la productivité » qui menaceraient « soit notre modèle à faible coût, soit notre leadership en matière de coûts en Europe ».

La possibilité d’un Brexit dur continue de causer des soucis à Ryanair, malgré la « croyance générale » qu’un accord de transition de 18 mois de mars 2019 à décembre 2020 sera mis en œuvre et prolongé. Dans ces circonstances, il est « probable que nos actionnaires britanniques seront traités comme non-membres de l’UE et cela pourrait potentiellement affecter les droits de licence et de vol de Ryanair ». En conséquence, la compagnie irlandaise a l’intention de « restreindre les droits de vote de tous les actionnaires non membres de l’UE en cas de Brexit », afin d’être détenue majoritairement et contrôlée par les actionnaires de l’UE à tout moment. Cela aboutirait à ce que les actionnaires non membres de l’UE ne puissent pas voter sur les résolutions des autres actionnaires. Entre-temps, elle a demandé un AOC britannique, qu’elle espère recevoir avant la fin 2018.

Perspectives pour l’année 2018/2019 :

Les perspectives de Ryanair pour l’exercice 19 sont « sur le côté pessimiste de la prudence ». Elle prévoit une augmentation du trafic de 7% à 139 millions de passagers, avec un coefficient d’occupation stable à 95%. Les coûts unitaires de cette année augmenteront de 9% en raison de la hausse des prix du personnel et du pétrole qui, ajustés en fonction de la croissance des volumes, ajouteront plus de 400 millions d’euros à la facture de carburant. Le coût unitaire hors carburant augmentera jusqu’à 6%, car la low cost « annualise les augmentations de salaire des pilotes et des équipages, et investit dans ses activités et ses systèmes pour faciliter un plan de croissance de 6 ans à 600 avions et 200m d’invités par an ». Ryanair avoue avoir « une visibilité limitée sur les tarifs du 1er semestre, et aucune pour le deuxième semestre » de l’année financière en cours. Les réservations à l’avance sont « solides », mais les prix restent faibles. Bien qu’il soit encore trop tôt pour prévoir avec précision les réservations d’été ou les tarifs H2, « nous prévoyons prudemment des tarifs moyens globalement stables pour l’exercice en cours ». Les revenus annexes augmenteront, à mesure que la pénétration des services à la clientèle continuera de croître ; mais « nous ne nous attendons pas à ce que la croissance des revenus accessoires compense totalement la hausse des coûts et la baisse des tarifs ». La compagnie aérienne prévoit donc des bénéfices de l’exercice 2018/19 entre 1,25 et 1,35 milliard d’euros, en fonction des tarifs H2, d’un niveau « normal » de perturbations du contrôle aérien cet été, de l’absence d’événements de sécurité imprévus et de l’absence de développements négatifs du Brexit durant cette période.

Читайте также  Le 30 mai 1912 dans le ciel : La maladie emporte Wilbur Wright

Ryanair souligne que l’investissement dans LaudaMotion n’est pas inclus dans les perspectives ci-dessus, l’augmentation à une participation de 75% restant soumise à l’approbation des autorités européennes de la concurrence. Elle s’attend à environ 100 millions d’euros de coûts de démarrage, et des pertes d’exploitation pour LaudaMotion « si et/ou quand notre proposition de prise de participation majoritaire reçoit l’approbation réglementaire ».

Pour l’occasion, Ryanair a lancé hier une vaste vente de sièges « La Folie de Mai » avec jusqu’à 20% de réduction sur plus de 500.000 sièges, permettant aux clients de réserver une escapade estivale de dernière minute. Les sièges de cette incroyable vente sont disponibles jusqu’à minuit le mardi 22 mai pour voyager de juin à septembre, exclusivement sur le site Ryanair.com.